fr" xml:lang="fr" xmlns:og="http://opengraphprotocol.org/schema/" >• Vie tes rêves comme tu le sens



 

Partagez | 
 

 • Vie tes rêves comme tu le sens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

« Anastasia R. Warren »

Préfète Wherever you are, I see you

Préfète☆ Wherever you are, I see you

Messages : 98
MessageSujet: • Vie tes rêves comme tu le sens   Jeu 1 Sep - 18:24


Anastasia Reina Warren
SERPENTARD


Vie tes rêves dans le présent pour réaliser tes plans dans le futur et ainsi avoir le passer dont tu rêve. Voilà une citation qu'Anastasia ne cesse de se répété ces temps-ci mais si seulement tout était aussi simple. On peut y mêlé également; le destin est constitué d'évènements imprévisible et dès lors rien ne va plus. La roue tourne mais jamais elle ne s'arrête c'est à vous de vous jeté dans la fausse aux lions et si jamais vous vous loupé certains vous dirons que ce n'est pas très grave il suffit de faire retourner la roue encore une fois jusqu'à obtenir ce que l'on souhaite. Cela dit cette année va être l'année la plus excitante qu'elle n'a jamais vécu et pour cela Ana va tout osée. Ses rêves elle veut les réaliser maintenant, pas demain, pas dans une semaine, pas dans un an, c'est maintenant.
















Anastasia Reina Warren. On dit souvent que le temps guérit toutes les blessures. Je ne suis pas d'accord. Les blessures demeurent intactes. Avec le temps notre esprit, afin de mieux se protéger, recouvre ces blessures de bandages, et la douleur diminue... mais elle ne disparaît jamais Rose Kennedy.


Dernière édition par Anastasia R. Warren le Ven 2 Sep - 8:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

« Anastasia R. Warren »

Préfète Wherever you are, I see you

Préfète☆ Wherever you are, I see you

Messages : 98
MessageSujet: Re: • Vie tes rêves comme tu le sens   Jeu 1 Sep - 19:21


Une erreur du passer. Nous sommes le soir de la rentrée de Poudlard, j'ai fini d'installer mes affaires et la nuit est tombée depuis un long moment maintenant et pourtant je ne suis pas apaisée. Chaque année à ce moment là de la journée je suis souriante en train d'élaborer nos nouveaux projets avec ma soeur mais là je me retrouve seule dans mon petit lit. Je tourne la tête vers ma soeur qui dort, un coulis de bave au coin de la bouche c'est tellement mignon et à ce soir le fait qu'on ne parle pas comme à notre habitude est un soulagement car je n'aurais pas eu le coeur à l'ouvrage et elle l'aurait remarquée, me posant ses perpétuelles questions dont les réponses sous forme de mensonges me brulait la langue en sortant de ma bouche. Je reviens à ma position initiale et essaie de trouver ce qui m'empêche de dormir quand j'aperçois un visage projetée par mon esprit sur le plafond. Un visage que je connais parfaitement et qui hante mes nuit depuis plus de deux mois maintenant, celui de Cooper. Plus son délicat visage reste projetée plus les battements de mon coeur s'accélèrent. Je l'aime. Je me colle une gifle, une gentille car je n'ai pas l'envie de me défigurer mais cela ne produit aucun effet quand je rouvris les yeux, tout était identique que les deux secondes au par avant. Je me mit soudainement à réfléchir, car oui cela m'arrive de temps en temps et conclut qu'il me fallait trouver le problème et le résoudre. Le trouver c'était fait mais maintenant me rester encore à le résoudre et pour cela me fallait me replonger dans les souvenirs de l'année passer.

A partir du mois d'avril de ma sixième année je fréquentais tout les soirs un élève de Serdaigle Cooper O'connor et nos nuits étaient tout simplement très torrides. On parlait comme des personnes normal sans grande infinité l'après-midi quand nous nous croisions et le soir nous laissions parler nos corps. Je me rappel encore c'était également cette année que j'avais reçu mon poste de préfète. Chaque soir c'était le même rituel, j'attendais que tout les serpentades soient couchés, que ma soeur s'endorme et pour sa fallait que je fasse moi, semblant de dormir puis dans les environs de minuit je sortais rejoindre Coop. Dans ma vision je revois une nuit en particulier ou nous nous rejoignîmes sous une statue dans un des couloirs à mi-chemin entre nos deux dortoirs. Il m'attrape dans ses bras tandis que je l'embrasse passionnément, je me souviens la sensation que j'éprouvais quand nous étions ensemble, j'étais heureuse je pouvais presque volé sans balai du haut de la tour d'astronomie. Dans mon souvenir il y a comme un bug sur un DVD, il y a l'image qui repasse, repasse encore mais il n'y a plus le son.

L'image revient à sa qualité naturelle et je vois ses lèvres bouger mais je n'ais toujours pas le son, je ne veux pas l'entendre. Les battements de mon coeur ralentissent tout doucement et ils pourraient presque s'arrêter et le son revient, j'entends sa délicate voix juste au moment où il me propose de devenir sienne. Je sais que dans son esprit il voulait juste sortir avec moi et me le proposer de façon romanesque mais ces tout petits mots me bloquèrent radicalement, il attendait ma réponse et mon coeur se remit à jouer au yoyo en accélérant à nouveau quand un seul mot sortit de ma bouche, il sortit si rapidement qu'il emportat avec lui une larme salé de mes yeux qui vit sur ma joue pour mourir sur mes lèvres. C'était comme notre relation et la réponse fit "non". Nous nous fixâmes mutuellement pendant dix secondes, dix secondes qui semblèrent interminable et me penchant vers lui je lui déposa un baiser d'adieu sur ses lèvres que j'enviais tant. Je m'enfuis en courant et une fois au dortoir j'enlevais mes chaussures et me glissa dans le lit de ma soeur qui me prit dans ses bras comme un coussin et me passa la couverture par dessus s'endormant aussi tôt. Je fondis en larmes, je ne savais même pas si elle c'était réveillée mais qu'importe.

A ce souvenir une larme coule de ma joue et furibonde je me lève de mon lit, je prend mon baladeur qui était sur ma table de chevet et met mes écouteurs tandis que la musique défile déjà dans mes oreilles. Le temps de mettre mes chaussures que je sors du dortoir, descend les marches jusqu'à la salle commune et sors dans les couloirs pour commencer un footing à trois heures du matin.





Anastasia Reina Warren. On dit souvent que le temps guérit toutes les blessures. Je ne suis pas d'accord. Les blessures demeurent intactes. Avec le temps notre esprit, afin de mieux se protéger, recouvre ces blessures de bandages, et la douleur diminue... mais elle ne disparaît jamais Rose Kennedy.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

« Anastasia R. Warren »

Préfète Wherever you are, I see you

Préfète☆ Wherever you are, I see you

Messages : 98
MessageSujet: Re: • Vie tes rêves comme tu le sens   Lun 5 Sep - 10:40


Une marrée de doutes. Tout être normalement constitué ressent la joie, la peine, la colère, la peur et bien d'autres sentiments mais chaque être sur cette Terre est unique et c'est pour cela que nous réagissons tous d'une manière différente face au problème.

En six ans j'ai dus faire face à la majorité de ses sentiments qui m'était encore inconnue et j'aurais tellement préférée que cela reste ainsi. Néanmoins le passer et le passer et pour rien au monde il ne pourrait changer à nouveau, si seulement il pouvait changer ne serais-ce qu'une minute, une seconde j'aurais tellement de choses à modifiés pour avoir un présent convenable.

Mon premier changement serait lors de ma première année, quand je m'apprêtais à monter dans le Poudlard Express et que je regardais de loin Evanna et ses parents, étrangement intriguée et captivée par eux j'aurais voulus faire souffrir son père pour m'avoir abandonnée dans un orphelinat comme ceci. Mon abandon je ne l'ais jamais accepter néanmoins il n'intervient plus dans ma vie car mes parents adoptifs mon sauvé à l'âge de cinq ans. Ils m'ont offert une vie digne d'une princesse et même si je ne leurs parle plus aujourd'hui, je leurs suit reconnaissante. Ma colère je la transforme en vengeance et un jour, elle s’abattra mais, quand je ne saurais le dire. Je garde cette envie dans un coin de ma tête rangé dans un tiroir en attendant le bon moment. Je ne suis pas patiente mais lors de certaines exceptions comme celle-ci cela ne présage rien de bon pour l'avenir. Une des motivations qui m'aide à me lever le matin.

La peur, je ne la ressent pas devant une araignée ou un dragon, je la ressens avec une personne. Elle est arrivée l'année dernière, c'est surement le plus grand sentiment qui m'est changée. Je pensais quand quittant cette personne se sentiment disparaitrait mais à l'inverse maintenant j'ai peur de croisé cette personne dans un couloir, peur de lui parler, peur de croiser son regard ou simplement peur de craquer face à elle. Personne n'est au courant de tout ce que je ressens et cela restera surement toujours ainsi, si un jour quelqu'un venait à découvrir ce que je ressens au plus profond de moi-même cela gâcherais surement l'image que les gens ont de moi. Je ne veux pas qu'on me connaisse sur le bout des doigts, je veux rester mystérieuse. Cette personne dont je n'ose pas prononcer le prénom et qui est si cher à mon coeur ma fait également découvrir la peine en même temps que l'Amour. Car l'un ne va pas sans l'autre.

La joie, ce sentiment qui illumine la vie des gens, tout le monde a besoin d'un brin de gaieté et pour cela je me tourne vers ma sœur. Avec Evanna tout est si simple, on se comprend si bien quand nous sommes ensemble que plaisanter entre nous est une deuxième nature. Se lancer des piques, se faire des blagues, se lancer des défis tout sa juste pour rire. Serte il nous arrive de se fâcher mais comment rester fâcher longtemps avec ta sœur que tu vois tout les jours et tout les soirs, avec qui tu fusionne par la pensée? Si je comptais le nombre de fois ou j'ai pus réellement me libéré et sourire, un sourire grand jusqu'au oreilles elle gagnerait haut la main.

Quand j'y réfléchis je me dis qu'il me reste encore toute une année à vivre à Poudlard et que je ne suis pas au bout de mes peines. Je ressens le besoin d'aller à la bibliothèque, trouver le moyen de vivre de nouvelles aventures, trouver le moyen de mettre un tournant radical dans ma vie. Peut-être trouverais-je là-bas le moyen de résoudre les questions qui me préoccupent tant ces temps-ci.

Seul le destin détient le sort de l'homme entres ces mains c'est pour cela qu'il faut toujours suivre ses intuitions, pour qu'un jour, elles te donne la clé tant attendu. En attendant je rabat mon masque sur mon visage, remballant mes doutes dans le tiroir approprié et les enfermant à double tour jusqu'à que je ressente à nouveau le besoin de les ouvrir.




Anastasia Reina Warren. On dit souvent que le temps guérit toutes les blessures. Je ne suis pas d'accord. Les blessures demeurent intactes. Avec le temps notre esprit, afin de mieux se protéger, recouvre ces blessures de bandages, et la douleur diminue... mais elle ne disparaît jamais Rose Kennedy.
Revenir en haut Aller en bas


« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: • Vie tes rêves comme tu le sens   

Revenir en haut Aller en bas
 

• Vie tes rêves comme tu le sens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Vie la vie comme tu le sens et tant que tu le peux
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard :: ♦ Journal d'Anastasia Reina Warren-